23 avril 2013 – Conférence / débat rendez-vous de l’altitude : Préparer son expé

En plus des formations, l’IFREMMONT vous propose régulièrement des conférences ouvertes à tous : les Rendez-vous de l’altitude

Rendez-vous le 23 avril, 20 heures à Thônex – Thème : Préparer son expé

Au programme : Préparer une randonnée, une expédition lointaine, un trek, une course dans les Alpes… Préparation et gestion de la pharmacie, gestes de secours, médecine de terrain pour tous, préparation des profils d’ascension et d’acclimatation, optimisation du temps, consultation de médecine de montagne…

Les clefs nécessaires à une expé réussie ainsi qu’une pratique responsable en toute sécurité.

Intervenants : Dr. Emmanuel Cauchy, Dr. Hugo Nespoulet.

Affiche Les rendez-vous de l'altitude - Création graphique : FLOKON.fr

Affiche Les rendez-vous de l’altitude – Création graphique : FLOKON.fr

Début de la conférence à 20 heures
Lieu : salle des fêtes de Thônex, Suisse (proche douane Annemasse/Genève)
Carte & plan d’accès : http://goo.gl/maps/xH3um

· Tarif sur réservation : 15 Frs / 12 € (Réservez en ligne)

· Tarif au guichet : 20 Frs / 15 €

· Tarif étudiant/sans emploi : 12 Frs / 10 €

Renseignements : formation@ifremmont.com

Risques liés à la médication pour combattre les effets de l’altitude.

Titre Original : Drug Safety In Preventing Acute Mountain Sickness
Type de document : Article web
Auteur(s) : AUERBACH Paul S.
Paru dans : getbetterhealth.com
Document disponible ici
Fiche DOCMMONT

Creative Commons

Résumé : La prise de médicaments pour lutter contre les effets de l’altitude sur l’organisme est une chose connue, mais il n’existe pour l’heure aucun traitement qui soit sans risques. L’acétazolamide souvent conseillée possède des effets secondaires à prendre en compte, idem pour la Dexaméthasone. Cet article revient sur le report d’un cas dans la revue Wilderness and environmental medicine où la prise prolongée de Dexaméthasone a entraîné toute une série de dérèglements de l’organisme : baisse du taux d’hémoglobine, ulcération et saignement au niveau de l’œsophage et l’estomac. Un contrôle médical strict est alors nécessaire.

Référence : Subedi BH, Pokharel J, Goodman TL, et al. Complications of steroid use on Mt. Everest. Wilderness & environmental medicine. 2010;21(4):345-8. Available at: http://www.wemjournal.org/article/S1080-6032(10)00299-1/abstract

Protection solaire : comportements lors de la pratique de sports d’hiver

Titre Original : Environmental cues to UV radiation and personal sun protection in outdoor winter recreation
Type de document : Article
Auteur(s) : Andersen PA, Buller DB, Walkosz BJ, Scott MD, Maloy JA, Cutter GR, Dignan MD.
Paru dans :
Archives of dermatology

L’étude “Environmental cues to UV radiation and personal sun protection in outdoor winter recreation” réalisée sur près de 4000 skieurs et snowboarders sur 32 stations nord-américaines met en lumière un comportement “laxiste” des skieurs quant à la protection solaire en cas de mauvais temps. Elle conclue d’ailleurs que les campagnes de sensibilisation devraient insister sur la nécessité de se protéger même en cas de mauvais temps avec deux arguments : les UV restent actifs malgré un ciel couvert et les variations climatiques peuvent survenir rapidement en montagne.

Résumé et full text disponibles ici

ski-hors-piste-soleil-sur-neige

Effet des peptides vasoactives sur le mal chronique des montagnes.

Titre Original : B-type Natriuretic Peptide, Vascular Endothelial Growth Factor, Endothelin-1 and Nitric Oxide Synthase in Chronic Mountain Sickness.
Type de document : Article
Auteur(s) : GE Ri-Li ; MO Vivian Y. ; JANUZZI James L.
Paru dans : American journal of physiology. Heart and circulatory physiology
Document disponible ici
Fiche DOCMMONT

Résumé : Les sévères hypoxies chroniques et l’hypertension pulmonaire qui en découle chez les patients atteints peut stimuler la libération de peptide cérébral natriurétique et les citokines angiogéniques. Ces peptides vasoactives peuvent jouer un rôle important dans la pathogénèse et l’expression clinique du mal chronique des montagnes.

Commentaire d’expert : à venir

Lien réservé administration

Maux d’altitude : facteurs de risque, prévention, présentation et traitement

Titre Original : Altitude Illness: Risk Factors, Prevention, Presentation, and Treatment
Type de document : Article
Auteur(s) : FIORE David C. ; HALL Scott ; SHOJA Pantea
Paru dans : American Family Physician
Document disponible ici
Fiche DOCMMONT


Résumé : Le mal de l’altitude affecte entre 25 et 85 % de voyageurs en haute-altitude. Ce chiffre varie en fonction de vitesse de l’ascension, l’altitude de départ ainsi que les prédispositions personnelles de même que d’autres risques. Le mal aigu des Montagne est la forme la plus commune des maux liés à l’altitude. Elle occasionne maux de tête et malaise durant les 6 à 12 heures d’ascension.

Cette affectation peut évoluer jusqu’à un œdème cérébral de haute-altitude chez certaines personnes. Son déclenchement est annoncé par une aggravation des symptômes du mal aigu des montagnes progressant vers une ataxie et éventuellement un coma pouvant conduire à la mort s’il n’est pas traité. Les œdèmes pulmonaires de haute-altitude ne sont pas communs mais sont la première cause de décès liés à l’altitude. Il peut aussi apparaître chez un sujet en bonne santé, et peut progresser rapidement si associé à une toux, une dyspnée ou la sécrétion de glaire. Une ascension lente et progressive est la première mesure de prévention des maux de l’altitude. Si ce n’est pas possible, ou bien si les symptômes apparaissent tout de même, la prise d’acétazolamide ou de dexamethasone peut être utilisée pour prévenir ou traiter un mal aigu des montagnes. La descente est obligatoire pour toute personne atteinte d’un œdème cérébral ou pulmonaire de haute-altitude. Les sujets possédant des maladies pulmonaires et cardiaques peuvent en théorie voyager en haute-altitude, mais avec un risque d’exagération des maladies de ces maladies. Une bonne gestion médicale est recommandée chez ces patients.

Commentaire d’expert :Rien de très nouveau sauf peut-être que l’on parle dans la prophylaxie médicamenteuse de salmeterol (Serevent), nifedipine (Procardia), dexamethasone, des inhibiteurs de phosphodiesterase-5 (tadalafil [Cialis], sildenafil [Viagra]) dans leur action pour réduire l’incidence de OPHA.
Pour ma part, l’utilisation de corticoïdes en préventif me fait peur, suite au cas d’OCHA mortels dont on a pu nous signaler quelques exemples chez des alpinistes qui en prenaient en préventif (diminution de son efficacité en cas de besoin curatif… ?)
– E. Cauchy

Lien réservé administration

Etude du Mal aigu des montagnes chez des trekkeurs au Kilimandjaro

Titre Original : Incidence and predictors of acute mountain sickness among trekkers on Mount Kilimanjaro
Type de document : Article
Auteur(s) : JACKSON Stewart J. , et. al.
Paru dans : High Altitude Medicine & Biology
Document disponible ici
Fiche DOCMMONT

Résumé : L’étude vise à déterminer l’importance du mal aigu des montagnes au sein d’une population de trekkeurs du Mont Kilimandjaro en utilisant le test du score de Lake Louise. De plus l’étude se propose d’examiner l’effet de l’acetazolamide et des différents profils d’ascension.

Des alpinistes utilisant 3 itinéraires différents ont été recrutés. A 2743 mètres d’altitude, 177 sujets sont recrutés (de 18 à 71 ans, et 31 ans de moyenne d’âge) pour répondre au questionnaire de Lake Louise. A 4730 mètres, 189 personnes répondent au questionnaire parmi lesquels 136 avaient déjà répondu à 2743 mètres d’altitude.

A 2743 mètres, 3% des 177 alpinistes sont positifs au score de Lake Louise et 47% sont positifs à 4730 mètres. Parmi les sujets ayant emprunté les itinéraires du Marangu 33%ont pris de l’acetazolamide. Ce groupe de personnes possède un score semblable à ceux qui n’ont pas pris de traitements prophylactiques. Il n’y a pas non plus de différences entre les alpinistes ayant observé ou non un jour de repos à 3700 mètres. Malgré tout une différence notable est observée chez ceux qui avaient observé une période de pré-acclimatation.

En définitive, les taux de MAM au Kilimandjaro sont hauts. D’autant plus avec des rythmes d’ascension élevés, il n’y a pas de nets bénéfices à la prise d’acetazolamide ou la prise d’un seul jour de repos.

Profil de l'ascension à travers les 3 itinéraires étudiés

 

Incidence and predictors of acute mountain sickness among trekkers on Mount Kilimanjaro

Problème de coagulation chez les patients prenant de la warfarine en haute-altitude.

Titre Original : Risk of Impaired Coagulation in Warfarin Patients Ascending to Altitude (>2400 m)
Type de document : Article
Auteur(s) : TISSOT VAN PATOT Martine C.
Paru dans : High Altitude Medicine & Biology
Document disponible ici
Fiche DOCMMONT

Résumé :On compte approximativement 476000 personnes suivant un traitement de warfarine et qui visitent annuellement des centres touristiques d’altitude dans le Colorado. Les praticiens ont interpellé les sujets intéressés qu’une telle ascension en altitude affecte négativement la coagulation chez les patients prenant de la warfarine qu’ils soient résidents ou visiteurs. L’étude cherche à démontrer les effets de l’ascension et la descente sur la coagulation de ces sujets en se basant sur l’INR.

Une étude rétrospective de dossiers médicaux est conduite sur tous les patients traités à la warfarine entre août 1998 et octobre 2003 dans un service cardiologique documenté sur les voyages en haute altitude en association avec chaque mesure INR chez les résidents à haute-altitude. Sur 1139 mesures INR chez 49 sujets, 143 ont été associés à un changement d’altitude (chez 32 patients sur 49). Les probabilités d’une mesure INR en dessous de la prescription sont 2,7 fois plus importants  chez les patients prenant de la warfarine et ayant effectué une ascension récente ; 2,1 fois plus haut chez les patients prenant de la warfarine en ayant une fibrillation auriculaire et 5,6 fois plus haut chez les patients prenant de la warfarine ayant à la fois une fibrillation auriculaire et ayant monté récemment en altitude.

Commentaire d’expert :

Lien réservé administration