Recherche médicale sur le mal aigu des montagnes à l’Aiguille du Midi


Suite aux nombreuses réponses reçues après l’appel à volontaires lancé l’an dernier, l’étude CERVO2 sur le Mal Aigu des Montagnes (MAM) a enfin démarré début mars à Chamonix.

Affiche Cervo2 - Création graphique : Flokon.fr

Affiche CervO2 – Création graphique : Flokon.fr

Après quelques inéluctables petits retards de démarrage, le programme a maintenant pris son rythme de croisière

Chaque semaine, deux sessions de 30h sont organisées pour évaluer à chaque fois 3 des 90 volontaires sélectionnés pour ce programme franco italien européen RESAMONT2 CERVO2.

Vidéo Tv Mountain

Vidéo Tv Mountain

Ifremmont Cerveau et Altitude CervO2 Chamonix… par tvmountain

Les volontaires sont investigués le matin à l’ENSA par un médecin cardiologue et un médecin vasculaire en coordination avec un médecin de l’Ifremmont.

Ils font l’objet d’un examen cardiologique complet avec recherche de présence d’un « Foramen Ovale Perméable » (FOP : petite communication pestant après la naissance entre l’oreillette droite et l’oreillette gauche chez 20% de la population). Ils font également l’objet d’une analyse des débits sanguins cérébraux par écho-doppler et mesure de la vasoréactivité cérébrale au C02 et au manque d’oxygène.

Ces volontaires sont ensuite acheminés à la mi-journée à l’Aiguille du Midi (3842m) en hypoxie naturelle pour être soumis aux symptômes bien connus du mal aigu des montagnes (MAM)

Les mesures sont répétées le soir et le matin après une nuit passée à l’aiguille du Midi et corrélées avec le degré de sévérité du MAM.

Toutes les catégories de sujets sont testées, jeunes, âgés, professionnels de la montagne et non professionnels, sensibles et non au MAM.

Les hypothèses de recherche

Les sujets ayant une mauvaise vasoréactivité à l’hypoxie seraient plus sensibles au mal des montagnes

Les sujets porteurs d’un FOP seraient plus à même de développer des MAM et des œdèmes pulmonaires

Objectifs: mieux comprendre le mal de montagne qui peut se compliquer d’œdème d’altitude mortel et mieux détecter les personnes à risque avant qu’il ne s’engagent pour des voyage haute altitude.

L’étude devrait se terminer au mois de juin de cette année, et le programme RESAMONT2 en Août.
L’exploitation des données devrait faire le lit de nombreuses publications internationales l’année prochaine

Grands remerciement à L’ENSA, à l’Aiguille du Midi, la Compagnie du Mont-Blanc qui nous ouvrent les portes d’un véritable laboratoire naturel de recherche sur l’hypoxie et les milieux extrêmes et à nos compatriotes européens italiens du programme RESAMONT2 :  la Fondation Montagne Sûre et de « l’USL Vallée d’Aoste » la communauté de commune de la vallée de Chamonix et le CG74 qui nous aident intensivement dans ce programme.

La presse en parle également, lire l’article de l’AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s