Port du casque et réduction des fractures du crâne chez les jeunes skieurs et snowboraders


Titre Original : Helmet use and reduction in skull fractures in skiers and snowboarders admitted to the hospital.

Type de document : Article scientifique
Auteur(s) : Rughani AI, Lin CT, Ares WJ, Cushing DA, Horgan MA, Tranmer BI, Jewell RP, Florman JE.
Paru dans : Journal of Neurosurgery : Pediatrics

Objet

Le port du casque est associé à un moindre nombre de visites à l’hôpital chez les skieurs et snowboarders blessés, mais aucune preuve n’existe sur le fait que les casques puissent modifier les modes de lésions intracrâniennes. Les auteurs ont supposé que le port du casque chez les skieurs et snowboarders réduit l’incidence des blessures à la tête tel cela a été démontré par les études sur les tomographies du crâne.

Méthodes

Les auteurs ont réalisé une étude rétrospective des skieurs et snowboarders blessés au crâne et admis dans les centres de traumatologie de Nouvelle-Angleterre sur une période de 6 ans. Le principal paramètre d’intérêt ont été les lésions intracrâniennes mises en évidence au scanner. Les critères secondaires étaient les suivants: nécessité d’une intervention neurochirurgicale, présence de lésion du rachis, admission aux soins intensifs, durée du séjour et décès.

Résultats

Sur les 57 enfants identifiés qui ont subi une blessure à la tête en pratiquant du ski ou du snowboard, 33,3% portaient un casque au moment de l’accident. Parmi les patients casqués, 5,3% ont subi une fracture crânienne. A titre comparatif 36,8% des patients non-casqués (p = 0,009) en ont subi. Bien qu’il y ait une tendance favorable, il n’y avait pas de différence significative dans l’incidence d’un hématome épidural, d’un hématome sous-dural, d’une hémorragie intra-parenchymateuse, une hémorragie méningée ou d’une contusion chez les patients casqués et non-casqués.
En ce qui concerne les résultats secondaires, il n’y avait pas de différences significatives entre les 2 groupes sur la nécessité d’une intervention neurochirurgicale, la nécessité d’une admission en unité de soins intensifs et la durée totale de l’hospitalisation. Par ailleurs, il n’y avait aucune différence dans l’incidence de lésion du rachis cervical. Il y a eu 1 décès chez les patients non-casqués et aucun parmi les patients casqués.

Conclusions

Parmi les enfants hospitalisés ayant subi une blessure à la tête en faisant du ski ou du snowboard, ceux qui portaient un casque au moment de l’accident sont significativement moins assujettis aux fractures du crâne.

93674

Version originale disponible ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s